Pierres à cupules, gravures et néolithique de nos montagnes

Etude des gravures et cupules

Les gravures associées aux pierres à cupules sont peu courantes, mais quand elles sont présentes, elles sont un bon moyen d’identification du contexte, et dans certains cas de datations comparatives, quand ces dessins sont bien caractéristiques. Bien entendu cela ne permet de donner des éléments que pour la gravure elle même, mais suivant les cas si les cupules sont contemporaines de celle-ci ou si elles les précèdent, cela donne des minima de contexte. Comme c’est le cas pour les décors de poterie, certains de ces dessins sont typiques d’une période, d’un courant ou d’un groupe de pensées, et permettent de voir les zones d’influences concernées, … Dans cette page nous essayons de caractériser certaines gravures typiques et particulières, permettant certaines comparaisons entre plusieurs pierres gravées.

Dans cette étude nous nous concentrons sur les gravures larges non pictées, souvent associées aux cupules. Leurs styles sont très différents de celles très connues du mont Bégo ou pour une part de Maurienne ou du Val canonica, qui elles sont principalements pictées. Elles portent sur des motifs et sujets assez différents. Nous pensons que ce style est plus ancien, et a été porté par des cultures différentes. Le but de cette page est d'aider à mieux comprendre et cerner ce phénomène. Les techniques utilisées sont très différentes des sites les plus connus. Le pictage est peu présent, les techniques utilisées est caractérisée par des gravures plus profondes et lissées. Le mode de gravure des dessins s'apparentent aux cupules et les deux sont souvent associés. Les modifs antropomorphes en croix y sont très courant avec variantes évolutives suivant les régions. Le style est très schématique, avec quelques représentations peu nombreuses d'arcs. Ces représentations sont dans les mêmes régions que les pierres à cupules, avec une forte concentration dans les régions montagneuses au dessus de 500m. On les trouve principalement en montagne dans les Alpes du nord, France, Suisse et Italie, dans le massif central, et le Jura. Pour ma part je nomme ce style "cruciforme", l'étude de ce style particulier mérite d'être approfondie, pour comprendre leur aire de répartition, et leur culture. Les cupules étant fortement associées à ce style, les deux études se complètent.

Ces gravures comme d'autres sont comme des tags anciens, des forme de signatures, qui sont propre à un groupe, une personne, une lignée sur des périodes plus ou moins longues. Certains signes sont arrivés à un niveau de stylisation semblables à des proto écritures. Nous avons ciblé plus particulièrement les signes anthropomorphes, ils sont utilisés sur de longue périodes avec des évolutions stylistiques caractérisées, le symbolisme étant très fort et très constant pour ces signes là. Ils sont porteurs de sens et de force pour ces peuplades.



Sur une même pierre ou dans une même zone plusieurs périodes de signes peuvent se superposer, réalisés par des peuples différents, qui ce sont succédés ou côtoyer sur ces lieus avec chacun leur propre symbolique. Il est important de pouvoir les caractériser et les différentier, pour progresser dans la compréhension de l’utilisation de l’usage de ces pierres, dans la mesure du possible.

Ces gravures ne semlent pas simplement pictées, mais plutot gravées par frotement avec une pierre large et arrondi, au moins pour la finition. Une étude plus attentive des traces de gravage devrait nous permettre de mieux comprendre le mode d'obtention des rainures et cupules. La largeur uniforme et l'arrondi constant des lignes gravées, correspond assez bien aux formes et à l'usure des pierres retrouvées dans le Massif du Caoux où des techniques similaires on probablement été utilisées. Du sable ou des grains de matierres abrasives aurrait pu aussi faciliter la grvure. Il faudrait faire des essais, pour valider ces hypothèses. Les cupules ont probablement été réalisées avec des techniques similaires, mais en rotation et avec des outils forcément de formes différentes. Pour obtenir des cupules en grand nombre, de diamettre assez constant, a moindre effort, il faut probablement un outillage spécialisé, comme une pierre emmanchée sur un manche en bois assez haut et comportant une barre pertendiculaire pour les faire tourner. Un ammorcage des trous par picquetage est aussi envisageable. Les cupules pourraient être finie par abrasion, technique connue à l'époque, employé dans les Alpes pour le sciage des pierres polies, et en Crête à la même période pour la réalisation de vases en pierre. Le principe est un outils en bois ou en pierre mis e mouvement, et un abrasif type silice (sable), Un apport d'eau évite l'échaufement et permet d'évacuer les boues d'usure de la pierre. Les techniques de percement de pierre avec abrasif étaient bien maitrisées par les néolityques dans les Alpes.



Retour au sommaire

Dessins et cupules



Ce tableau a été réalisé d'après l'analyse des gravures du Val Camonica en Italie. Les gravures que nous rencontrons en Tarantaise et que nous étudions plus précisément, semblent correspondre d'après ce tableau, à la période large entre 5000 à 3000 avant J-C.
Des pierres à cupules et pierres gravées similaires existent aussi dans d'autres régions et nous essayons ici de mettre en avant les similitudes qui existent, pour mieux comprendre les évolutions stylistiques, les idées et cultures portées par ces signes.

Une majorité de pierres à cupules sont sans dessins ou seulement accompagnées des rigoles inter cupules.

Ce qui laisse à penser que dans une majorité de cas leur usage n'est pas lié aux dessins et que ceux-ci ne sont qu'un ajout liés à un usage secondaire ou ultérieur de la pierre. Ces dessins concernent principalement les dalles importantes en dimension qui ont eu une utilisation probablement plus longue et qui a marqué leurs contemporains.

Les dessins sont très diférents d'une région à l'autre et même d'une vallée à l'autre.

Certains styles on parfois pu être datés, par exemple quand il y a des armes de dessinés caractéristiques d'une époque, comme les poignards de l'age du bronze par exemple, comme sur les roches de la vallée des merveilles, mais sur les pierres à cupules des dessins précis sont rares, ce sont essentiellement des dessins extremements stylisés.

Peu de dessins sont utilisés de façon repétitives sur des zones geographiques importantes. Beaucoup de dessins sont antropomorphe, mais extrement stylisés. Les croix sont des motifs assez courrants, et certaines au moins, avec des traits et parfois des arcs, semblent styliser des personages.

Retour au sommaire

Tableau des datations

datation.jpg

Retour au sommaire

Style des croix potencées

Ce style antropomorphe assez évolué est assez rare et particulier. Il est caractérisé par les traits en bout des croix et par un trait large probablement obtenu par frotement, (peut être avec abrasif ?).

TypeSavoie
Feissons sur Salin
Savoie
Col de la Vanoise
Savoie
Maurienne
Italie
Traversella (TO)
Val Sangone
Roc dl'Ursi
Italie
Antropomorphe
croix potencée
Feisson-sur-Salins10.jpgcol_vanoise_photo_raphael_excoffier_detail.jpg
Extrait d'une photo
de Raphael Excoffier
maurienne_1.jpganm7_1d.jpgthumb_Orsiera8.jpg
Haut Languedoc
massif du Caroux
Cevennes
Serre de taravel
rocher aux croix
Forci à Santa Riparata di Moriani
Corse
Lusernetta
Italie
Bouchouse la lause
Ristolas Queyras
France
Antropomorphe
croix potencée
autres variantes
caroux.jpg cevennes.jpg incru2.gif lusernetta.jpg Bouchouse_la_lause_Ristolas_cupules_croix_potencees.jpg


carte_france_croix-potencees.jpg
Carte des zones à croix potencées.

Retour au sommaire

Styles anthropomorphes particuliers

Antropomorphe
orant inversé
Feisson-sur-Salinsd8.jpg--carouxoi.jpganm7_1c.jpg
Antropomorphe
avec arc
Feisson-sur-Salinsd7.jpg----
Antropomorphe
en P
Feisson-sur-Salinsd2.jpg----




Autres croix potencées peut-être médiévales qui sont pictées.

Dans une étude de H. Saumade sur "Les pétroglyphes du Serre de Taravel" dans le Gard, nous retrouvons des croix similaires à celles des Alpes.
Dans le buletin archéologique de l'ardèche n°1 de 1984 page 23 à 28"
Il site dans ses conclusion d'autres sites similaires en France et dans les Alpes italiennes et les remarques de J. Combier sur un lien stylistique possible entre les Cévennes et les Alpes. Les gravures rupestres de la haute vallée de la Cèze dans les Cévennes orientales (Gard)

Dans la région de Limoge des antropomorphes cruciformes potencés exitent aussi.
MONTROLLET La Roche Ornée du Pont de Laiguée

Retour au sommaire

Style cruciforme cupulé

Ce style est probablement lié au précédent, il est un peu plus courant, les techniques de gravage sembles similaires. Certains pensent que les cupules en bout des dessins servaient a éviter les ratures en finissant mieux les dessins linéaires.

TypeSavoie
Feissons sur Salin
Italie
Valsavarenche
Savoie
Maurienne
Loire Pilat
Treves
Italie
Traversella (TO)
Antropomorphe
cupulé
Feisson-sur-Salinsd8.jpgvalsavarenche.jpgmaurienne_2.jpgtreves.jpg-

Retour au sommaire

Style cruciforme

Ce style est plus répendu on le rencontre dans plus de régions, les techniques de gravage sont bien plus divercifiées dans ce motif.
TypeHaut Languedoc
massif du Caroux
Piera la crou
Italie
Antropomorphes
cruciformes
carouxcc.jpgitalie_crou.jpg

Retour au sommaire

Style cruciforme sur socle

Ce style est une variante particulière.

TypeSavoie Tarentaise
Bozel Tincave
Savoie Tarentaise
Bozel Tincave
Savoie Tarentaise
Villard de Montagny
Gâtinais
La pierre de la croix à Voulx
Pierre de Piriac sur mer
Cruciformes
sur socle
Tincave.jpgTincave2.jpgcroix_oratoire_villardVOULX.jpgpiriac_croix.jpg
  • Etude des gravures de croix sur socle Duncan Caldwell.
  • Retour au sommaire

    Les différents autres styles d'antropomorphes

    TypeSavoie
    Col de la Vanoise
    Italie
    Traversella (TO)
    Antropomorphe
    double orant
    col_vanoise_photo_raphael_excoffier_detail2.jpganm12_2p.jpg
    Ce style est caractérisé par les bras et jambes archés en orant et sexué.

    Retour au sommaire

    Essais d'interprétation des signes gravés


    Il n'est pas simple de retrouver le sens de ces signes gravés, nous apportons ici des pistes de recherches sur les sens possibles.

    Nos recherches portent sur le sens des antropomorphes.

    Pour faire un parallèle avec des signes connus de nos jours on peut les rapprocher de nos émoticones, ces signes qui transmettent le sentiment sur un texte ou une image.
    Il est possible que ces antropomorphes aient servi a évoquer le souvenir d'intants festifs ou d'émotions aussi on pourraient dans ce cas parler d'émotigraphes. L'orant antropomorphe est représenté dans un hieroglyphe primitif avec ces bras levés et a été traduit par "homme se réjoissant". On pourrait dans ce cas faire un parallèle avec le smiley. Sur ces pierrres les hommes du néolitique, on gravé des moment forts de leur existence qu'ils ont voulu partager. La dificulté est de comprendre le sens des différentes représentations et les nuances qu'elles devaient exprimer.

    Retour au sommaire

    Petit historique des croix potencées


    Autres noms : croix contre potencées, croix recroisetées, croix coptes, croix tréflé.

    Des pièces Gauloise ont mis la croix à l'honneur (signes lunaires et solaires) vers le IIIeme siècle avant J-C.
    http://www.wikimoneda.com/croix.php

    La croix dite Copte fut adoptée par la fameuse « Légion sacrée », que l'Empereur Maximin conduisit en Helvétie (Suisse), mais qu'il aurait, au final, et après la victoire, fait massacrer, car son chef, Maurice, refusa de sacrifier des prisonniers chrétiens à des Dieux païens.

    Croix Burgonde sur des pieces du VIII eme siècle, avec des signe de croix symboliques.
    http://www.cgb.fr/chalon-sur-saone-cabilonnum-saone-et-loire-denier-a-la-croix,bmv_230307,a.html

    Les Burgondes, peuple nomade se rependant dans le sud de la Gaule, amenent avec eux une dévotion née prés du lac Léman, à Maurice et à sa croix. Cette croix sera reprise par les suisses et par la Maison de Savoie, on la retrouve dans certains bijoux et blasons de Savoie.


  • Le incisioni rupestri di Pianaura ad Arco

  • Croci cristiane rupestri, (croix chrétiennes gravées dont certaines potencées)

  • Dans le Haut Languedoc dans le massif du Caroux les chercheurs locaux ont retrouvé des pierres qui ont pu servir pour réaliser ce type de gravures.

    Page 36 de ce document joint.
    Art schematique massif du caroux 1

    carouxpierre_grave.jpg

    Retour au sommaire

    Pistes de recherches

    Les pierres à cupules et les pierres gravées de croix semblent se rencontrer plus particulièrement en montagne des Alpes au Massif central. Dans des emplacements particuliers, en hauteur dans des lieux dégagés, avec des pics en point de mire. Il pourrait s'agir d'une forme de culte aux dieux liés aux montagnes. Une autre possibilité pourraient être aussi que les peuplades qui ont gravées ces pierres vivaient en montagne et ont pu créer une sorte de civilisation spécialisée dans la vie en montagne. De tout temps les montagnes ont été des refuges pour des groupes humains en marge des sociétés plus importantes ou plus évoluées. Des groupes humains peut-être d'anciens mésolitiques chasseurs ou des pionniers initiaux, ont pu trouver dans ces zones refuges, à cette période propice pour la chasse, completté d'élevage d'ovins et caprins et d'artisanat.





    Le moyen de survivre en marge, d'adapter et perpétuer un mode de vie qui leur convenait et leur permettait de maintenir une certaine indépendance vis à vis des nouveaux néolitiques qui arrivaient, et envahissaient leurs zones de vie et de chasse et favorisaient la disparition de leur gibier. Il s'agit d'une pure hypotèse parmi d'autres qui ressort de mon analyse, mais qui mérite d'être étudiée et approfondie. La cohéxistence de peuplades différentes, devaient passer par un partage des territoires encore grands, de façon plus ou moins pacifique. C'est a rapproché de ce qui se passait en Afrique quand des peuplades de chasseurs cueilleurs trouvaient refuge dans des zones en marge moins hospitalière pour les peuplades de cultivateurs plus puissantes, à chaque vague d'envahisseurs de nouvelles adaptations ou soumissions se mettent en place. Mais chacun essais de s'aménager un espace vital, en s'adaptant.

    


    Création 2016 mise à jour du 15/09/2017