Pierres à cupules, gravures et néolithique de nos montagnes


datation
Croix cupulées à Treves par Les regards du pilat.

linearbtablet_custom-b6453cbafe8afe5157c0a1af9ce3a2c7978f232f-s1700-c85.jpg
Tablette Linéaire B avec signe en croix.
(XVe s. – XIIIe s. avant nôtre ère)
Sharon Mollerus/Wikimedia Commons.


Retour au sommaire

Le questionnement sur les cruciformes

Il y a plus de 130 ans en 1883 dans le dictionnaire archéologique du 44 lors de la présentation de la pierre de Mèsnicoul à Piriac sur mer, le chercheur A. Martin évoque son sentiment que les cruciformes présentes en grand nombre sur cette pierre et accompagnées de nombreux autres signes. Pour lui ils sont très certainement pré chrétiens et probablement néolithiques. Les études archéologiques récentes les attribuent plutôt aux XVe ou XVIe siècles. Cette question des croix pré chrétiennes malgré le temps écoulé, et les nombreux débats sur le sujet, reste toujours discutée en France, les exemples ne manquent pas.

De nombreux chercheurs du début du siècle identifiaient ces cruciformes comme néolithique.

  • Les Gravures cruciformes sur les Monuments préhistoriques - Persée.
  • Que pouvaient bien signifier pour les hommes des croix à des époques antérieures au christianisme ? La signification la plus acceptée actuellement, pour les cruciformes sur rochers, est la représentation anthropomorphe. Ce signe serait une évolution très particulière de l'orant ce personnage anthropomorphe souvent représenté par des trais avec deux bras, deux jambes, avec ou sans têtes ronde. Cette représentation de l'homme extrêmement simplifiée, apparaît dès le néolithique ancien. L’anthropomorphe cruciforme ne serait dès lors qu'une forme encore plus simplifiée de ce signe, où seul persiste les bras et un trait vertical pour le corps et les jambes réunis en un trait et sans figuration détaillée de la tête, le tout formant un simple cruciforme.
    croix_villnova_mortillet1
    croix_villnova_mortillet2
    croix_villnova_mortillet3
    Chapeaux d'urnes et urnes cinéraires des débuts de l'age du fer de Villanova Italie vers 1000 av JC, leurs dessins connaissent déjá des croix, les motifs des couvercles font penser aux cupules et cercles de cupules, sur les vases il y a des petits personnages.
    croix_mortillet3
    Pommeau d'un poignard en bronze de Feisson-sous-Briançon Savoie France.

    13800
    A CRETAN SHRINE: RESTORED BY SIR ARTHUR EVANS.

    croix_mortillet4
    Monnaie gauloise France.

    Des pièces Gauloise ont mis la croix à l'honneur (signes lunaires et solaires) vers le IIIeme siècle avant J-C.

  • Les images monétaires des peuples gaulois - Tel Archives ouvertes.
  • À propos de la rhétorique des images monétaires des peuples du Centre-Est de la Gaule.
  • http://www.wikimoneda.com/croix.php



  • SavMusC-0017.jpg
    Saverne, Collège Poincaré, stèle de Maiorus
    six rosaces à croix centrale, I au II eme siècle.

  • Symbolism on Celtic coins.
  • Old European culture.
  • Irish cross pilars.

  • 38143bb97f9788faa2ea47a4c6624f85--phoenician-sumerian.jpg
    Croix préchrétiennes.

    stele-detail
    Roi d'Assyrie vers 800 av JC, portant une croix.


    La croix est peu présente au début de la chrétientée, le premier signe à se répendre est le chrisme formé de 6 branches fines avec des lettres grecs, se signe se répend au IVeme siècle sous l'Empereur Constantin. D’après la légende, le chrisme est le signe que portait l’étendard (labarum) de Constantin Ier, premier empereur chrétien, quand il marcha contre son rival Maxence et le battit à la bataille du pont Milvius en 312. Par la suite, Constantin déclara qu’il avait eu un songe où il avait vu ce signe accompagné du message : « Sous ce signe tu vaincras » (In hoc signo uinces en latin), qui deviendra le sigle IHS. La croix patée est surtout utilisée chez les Goth et Wisigoth. Les croix latines et grecs ne se répendent qu'à partir du VIeme siècle et surtout après l'an mille. Les formes particulières de croix deviennent des marqueurs forts des territoires et dérivent de motifs souvent préchrétiens.

    cimetiere3saints-32
    Cimetiere gallo-romain des 3 saints à Walscheid
    dans les Vosges, stèle gravée d'une roue solaire.

    venus10 Vénus à gaine.

    BPt7381471600551Cruciform figurines – Chalcolithic period (3900-2500 BC) Chypre.

    Croix-Carnac.jpg
    Croix de la Montagne de la Justice, route d’Auray à Carnac.
    tara-scotia.jpg
    Croix et Spirales solaires préhistoriques gravées sur des pierres sépulcrales à Tara, capitale de l'ancienne Écosse ou Erin, d'après Coffey (C.N.G. Figures 34, 36.) Décrit dans Chaprs. XIX et XX..


    Coupe-croix-grecque
    Coupe à décor de croix – Zagros Iran ancien.

    199b5147664269f344a48bf3a071b8c6--louvre-middle-east
    Suse Iran (V-II millénaire avant JC) .

    44344_SH004634.001
    Coupe à décor géométrique et croix Iran (V-II millénaire avant JC).

    Depuis cette époque les méthodes de recherches ont continuées et bien évoluées, mais le débat entre croix et cruciformes, est toujours aussi intense et non tranché. Ce que l'on sait sur les cravuress c'est qu'il y a plusieurs méthodes : piquetée, rainurée en V ou en U ou encore linéaire, ces méthodes peuvent se cotoyer sur les différentes zones de gravures, et être réalizées à différentes époques. Chaqu'une suivant les symboles utilisés peut marquée une époque représenttée par des types de motifs et des types de gravures, ces différentiations ne sont pas simples mais apportent beaucoup dans la connaissance de leurs auteurs. Les dessins eux mêmes sont des marqueurs de civilisations et de territoires, il peuvent couvrir des zones étentues, et en même temps être marqueur de territoires symboliques biens marqués géographiquement et dans le temps. Ils sont comme les poteries, bijoux, méthodes de taille, ... des marqueurs ethnique larges. L'anthropomorphe est parmi ces signes schématiques un des plus variant et significatif, ce symbole est un marqueur fort et signifiant dont les variantes géographiques et temporelles sont fortes et bien marquées.

  • Le figure antropomorfe preistoriche della Pera dij Cros in Valchiusella e dell'arco alpino occidentale: metodi di rilevamento e considerazioni stilistiche.

  • Les anthropomorphes se symbolisent plus particulierement à partir du mésolithique, ou des formes particulieres comme les arboriformes sont maintenant identifiés comme anthropomorphes. Ces symboliques extrêmes, seront moins marquées ensuite au néolithique et plus identifiables, mais avec des variations fortes et marquées géographiquement et territorialement. Les anthropomorphes cruciformes sont probablement un de ces symboles, qui a marqué une zone et une époque. La forme en croix évoque l'homme naturellement et se retrouve dans plusieurs cultures anciennes, la croix ancé ou Ankh qui signifie la vie éternelle chez les égyptiens, ou les statuettes cruciformes des Cyclades et de Chypre, comme les monnaies gauloises à croix en sont de bons exemples. Sa proximité de forme avec la croix chrétienne, elle même un nouveau symbole fort de civilisation qui a persisté dans le temps, a masqué et brouillé longtemps son identification. Ce signe ancestral a probablement facilité l'implantation de ce nouveau message sur nos territoires friands de symboles, il a aussi protégé ces anciens symboles en les assimilants à ce symbole nouveau au point qu'ils ne soient plus reconnus jusqu'à nos jours.

    cq5dam.web.1280.1280.jpg
    Urne en forme de cabane, âge du Fer de l’Étrurie et du Latium (IXe-VIIIe siècle av. J.-C.).

    79672505_p
    Sceaux de Sumer.

  • Le signe de la croix avant le christianisme, Gabriel de Mortillet 1866
  • Selon le livre intitulé Babylon Mystery Religion page 50, la croix tire son origine de rite pré Chrétiens.
  • Seymour the cross in tradition history and art page 22 à 26, la croix tire son origine de rite pré Chrétiens.
  • A History of Ancient Christianity and Sacred Art in Italy Charles I. Hemans, 1866.
  • La Croix Celtique.
  • La métamorphose des motifs.
  • Macedonian era prior to the emergence of Christianity.
  • NASA Adds to Evidence of Mysterious Ancient Earthworks.
  • Comment des mythes Asianiques se retrouvent en Gaule et peuvent expliquer les monnaies Carnutes.


  • img-25.jpg
    Symboles dans les images monétaires des peuples du Centre-Est de la Gaule.

    croix_piece_grec225
    Monnaie Grec 225-217 av JC, Apulia, Luceria. Quincunx.
    croix_piece_grec380
    Monnaie Grec, Etruria, Populonia 380 av JC.

    320px-06_Kungagraven_Kivik_(16).JPG
    Croix solaire Âge du bronze Suède.


    pob_fig005a.jpg

    420px-Pierre_tombale_de_Bohetius.jpgPierre tombale de l'évêque Boetius, les rosaces sont une évolution des croix solaires celtes, gallo romaines et du chrisme.

    5693316.jpg
    Orphé crucifié époque Grec.


    Ixion-rollin.jpg
    Le dieu étrusque et grec Ixion est souvent représenté crucifié sur une roue solaire 330 av JC.


    disque_solaire.jpg
    Disque solaire 1200 av JC.


  • Solar Jewelry - Mary Cahill.

  • 1997-3433.jpg
    Figurine en bronze d'un dieu à Hazor Israel Âge du Bronze tardif, 15ème-13ème siècle BCE.

    ripostiglio_di_oggetti.jpg
    Ripostiglio di Oggetti Bronze Italie 800 av JC.


    epingle-bronze-europe
    Épingle à tête en rouelle à motif cruciforme. Age du bronze.

    epingle-cruciforme.jpg
    Musée de Minerve épingle cruciforme du Bronze Ancien, découverte au dolmen 1 des Lacs (Minerve).

    b2553.jpg
    Vase Gansu Yangshao, ca. 2500 BC Chine.

    051114-kilturra-cross-001.jpg
    Kilturra Ireland, The cross-inscribed pillar is a short stone with a rounded head upon which is incised a cross-in-circle design which has an unusual composition. Four evenly spaced linear incisions, reminiscent of ogham.

    Retour au sommaire

    Sous le signe du ankh et du taw

    La croix ansée (anhk) signifie la vie la résurrection pour les égyptiens. D’Alviella soutient qu’elle est devenue à partir de l'Égypte, un signe magique ou propitiatoire qui s'est étendu aux Phéniciens et au monde Sémitique entier.

    Cette symbolique se répandra de l'Iran jusqu’en Sardaigne, le long des rivages de l'Afrique, en Phrygie, en Palestine et en Mésopotamie. Peut-être en s'appuyant sur des croyances ancestrales, le signe en T se retrouve par exemple peut-être dans la forme des stèles du temple de GÖBEKLI TEPE..

  • Taw sur Wikipedia.

  • In the 13th century, the distinctive emblem of the “tau” has served as a trademark of Franciscan identity.

  • LA CROIX, signe de mort et de vie.

  • La lettre tau tire son origine de la l'alphabet phénicien. Celle-ci provient probabement de l'alphabet protosinaïtique, une écriture utilisée dans le Sinaï il y a plus de 3 500 ans, elle-même probablement dérivée de certains hiéroglyphes égyptiens La lettre correspondante de l'alphabet sudarabique est ta, ta, correspondant à la lettre ተ, tä, de l'alphasyllabaire guèze. Dans les alphabets sémitiques, la lettre phénicienne se retrouve dans le grec, l'étrusque, et le berbère ⵜ. Dans les alphabets grecs archaïques, la graphie du tau reprend celle de l'alphabet phénicien et, de façon générale, diffère peu suivant les dialectes grecs, les variations portant sur la position et l'inclinaison de la barre horizontale ; on trouve ainsi Greek Tau classical.svg, Greek Tau 02.svg, Greek Tau 03.svg et Greek Tau 04.svg.

    Les Grecs l’ont rendu anthropomorphique afin de reproduire les caractéristiques de leur déesse de la vie - Aphrodite, Harmonie, Artémis d'Ephèse etc. (voir fig. 13) (D’Alviella, op. cit., p. 326)." Cela n'est pas sans rappeller le culte de la deesse mère.

    La croix Tau était le symbole de la déesse carthaginoise Tanit, du dieu romain Mithra et du dieu grec Attis. Dans la mythologie nordique, le marteau de Thor est vu aussi comme une croix de Tau. Le taureau en tant que signe astrologique du Taureau tire son nom du Tau et du Ru.

    La Croix Tau a été évoquée dans le livre de l'Ancien Testament d'Ézéchiel.

  • Du signe du taw au signe de la croix.

  • Ézéchiel a vécu au début du VIe siècle av. J.-C., à l'époque où le royaume de Juda fut conquis par Nabuchodonosor II, roi de Babylone (597 av. J.-C.).

    Ézéchiel (9, 4-6) : « Le Seigneur lui dit : “Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem ; fais un taw sur le front des hommes qui gémissent et se plaignent à cause de toutes les abominations qui se commettent au milieu d’elle.” Puis je l’entendis dire aux autres : “Passez dans la ville à sa suite et frappez ; que vos yeux soient sans compassion et vous sans pitié. Vieillards, jeunes hommes et jeunes filles, enfants et femmes, vous les tuerez jusqu’à l’extermination ; mais ne vous approchez de personne qui portera le taw.”»

    Le christianisme en se dévelopant a repris certains symboles croyances et pratiques antérieurs à son compte en les adaptants à ses préceptes. Le symbolisme du Tau a été utilisé comme la première croix des disciples du Christ, certains chrétiens d'Orient ont adopté le Tau comme symbole de leur croyance religieuse. On retouve ces mélanges symboliques dans presque toutes les premières croix, croix celtique faisant référence à la croix solaire, ... Des signes qui faisaient sens pour ces populations et facilitaient l'adoption et la compréhension des nouvelles croyances. Dans le même temps des oppositions et résistances aux nouveaux cultes, des persistances parallèles, des sorcelleries, des cosmologies, ont maintenus en les adaptants d'anciens cultes et symboles.

  • Il simbolo del “Capovolto” e il suo collegamento con Baal Adad.

  • Les croix de crozant.

  • Tau_Cross_Tory_Island.jpgTau Cross Tory Island Ireland
    .

    Retour au sommaire

    Croix et antropomorpbes d'Afrique du nord

    img-2-small480.jpg
    Croix dans l'écriture Libyque primitive.

    img-3.png
    Grotte d’Aourir Algérie inscriptions libyques et anthropomorphes.

    Retour au sommaire



    L'orant classique

    L'orant classique sous de nombreuses variantes et évolutions est particulièrement présent en Italie, depuis la Sardaigne, jusque dans le nord de l'Italie et un peu en Suisse, il y a une version particulière de cet orant dans la vallée des merveilles où il est très stylisé formé de deux corniformes opposés sans représentation de la tête.

    Cet orant classique et ses variantes ne posent pas de problèmes aux archéologues qui le classe du néolithique, à l’âge du bronze suivant les styles et évolutions, contrairement aux signes cruciformes qui sont systématiquement classés eux dans les périodes historiques. Il a bien existé en effet des croix multiples de christianisation dans de nombreux endroits en France et en Italie, mais mettre tous les signes de croix systématiquement dans la même période historique, m’apparaît extrême, au vu des très nombreux exemples qui posent question. Chaque site pris isolément peu prêter au doute et à la controverse, mais la multitude des exemples laisse de moins en moins la place au doute et invitent à des études plus poussée de ces motifs.





    meso

    Retour au sommaire


    Carte de répartition des différents types d'anthropomorphes meso

    Retour au sommaire


    La distinction entre croix et cruciforme

    Curieusement les orants sont assez peu présents en France, il en existe isolés sur différents sites. Par contre les signes cruciformes sur les pierres sont en France dans certaines régions en grand nombre. Il en existe aussi en Italie où ils sont principalement situé dans le Nord-Ouest, où cohabitent parfois les formes en orant classique et les cruciformes. Cela peut évoquer une zone frontière ou plusieurs styles se mélanges et cohabitent. Plus précisément sur les sites de Traversela en Italie et sur celui du col de la Vanoise en France les deux modes de représentation juxtaposés permettent de mieux comprendre la penser initiale. Au Monte Bracco en Italie il y a des anthropomorphes qui sont un mixte cruciforme et orant, le haut des figures est cruciforme et le bas avec deux jambes comme pour les orants. De nombreux indices récoltés sur l'ensemble des sites des Alpes et du Massif central, me laisse penser que l'on a affaire à un ensemble à pensées cohérentes et significatives.

    Il ne faut pas céder à la facilité et ranger croix et cruciforme dans une seule et même catégorie seulement sur leur aspects similaires, les deux formes en croix ont excitées, aux périodes historiques et préhistoriques pour des significations très différentes. Il n'y a pas de solution évidente, de multiple cas différents et des mélanges d'époques existes, c'est ce qui rend ce sujet si complexe.

    Si ces signes cruciformes sont préhistoriques, leur forme en croix aura eu au moins un avantage, c'est celui de mieux les protégés du vandalisme et des destructions. Leur aspect chrétien leur apportant ainsi involontairement une protection symbolique très forte.

    Belle et rare étude sur l'interprétation des cruciformes :

  • Le Mané Lud en images. Interprétations de signes gravés sur les parois de la tombe à couloir néolithique de Locmariaquer (Morbihan).
  • Exemple sur une pierre en Suisse de superposition d'époque, du néolithique, de l'Âge du bronze, du fer, du moyen âge avec la triple enceinte, jusqu'au XIX eme siècle, difficile de faire le trie.

  • FIG5Dalle découverte dans le village Krilatitsa, en Macédoine.

    Christianisation des pierres

    De nombreuses pierres christianisées porteront le nom de pierre saint Martin le plus courrament ou d'autres saints, beaucoup serviront de repères frontières, d'autres feront référence à des légendes comme les pas de mules de saints. La christianisation se fait par l'ajout d'une croix en fer, sur ou à côté de la pierre, ou par gravure d'une grande croix dans la pierre.

  • Des pierres Saint-Martin aux bornes croix.
  • Les toponymes Saint Martin.
  • Croix du Gévaudan - Numilog.




  • croix
    Gravure de linteaux de pierre anciens aux époques historiques en Italie.

    Le problème majeur est d'arriver à bien distinguer les signes chrétiens des signes préchrétiens. Les outils utilisés n'étaient pas les mêmes, la technique de gravage et les styles sont différents et l'intention d'usage aussi. Les gravures réalisées à l'aide d'outils métalliques en fer ne laisse pas les mêmes traces que ceux en pierre, les gravures historiques ont tendance à être plus fines et plus droites, la croix chrétienne est contrainte à une rectitude, et à une perpendicularité, que n'a pas nécéssairement le cruciforme.

  • Analyses différentiantes des types de traits.


  • Autre distinction possible dans certains cas le fait d'une grande liberté dans l'ajout de motifs complémentaires doubles jambes, signes sexués, autres traits. L'usure du temps a fait son œuvre et les différentier demandes des études plus poussées. La cohabitation cohérente de signes préhistoriques et de cruciformes quand il y a une même facture et intention sont des indices aussi de différentiation. Les styles locaux permettre d'étendre à une zone plus large la période de réalisation et de mieux comprendre les motifs isolés. Les gravures de cruciformes préhistoriques ont des styles particuliers et des variantes régionales ou évolutives, il y a une certaine signification, même si elle ne nous est pas connue, que l'on peut reconnaître. L'action de christianisation parfois cherche à masquer les signes anciens, des études de chronologie des étapes de réalisations sont à mener. Il y a pour les sites célèbres en Bretagne et au mont Bégot une débauches de moyens techniques et d'études, sans commune mesure avec les sites rupestres cruciformes et à cupules qui eux sont négligés étant bien souvent catalogués d'avance.

    Une étude très détaillée a été réalisée en 2015 sur les pierre gravées De Piriac sur Mer, c'est un travail remarquable. Sa conclusion très bien argumentée date les gravures de croix de ces sites de la période historique, malgré cela, il n'y a pas de preuves réellement scientifiques, elle repose seulement sur des comparaisons et interprétations. Il faut dire que pour ce cas précis peu d'éléments différenciants sont présents et le doute même si il est faible, reste possible.

    Retour au sommaire

    La zone la plus dense et cohérente de représentations cruciformes probablement préhistoriques, couvre le nord des Alpes françaises, le sud ouest de la Suisse, le nord est de l'Italie, le sud du massif central et une partie des Pyrénées,des deux côtés de la frontiére sur ces zones on est généralement en moyenne montagne entre 400 et 2000 m. Il y a aussi quelques exemples en Corse, dans le Jura, en Vendée, au sud de la Bretagne et quelques autres sites isolés plus difficiles à caractériser en Ile de France et en Alsace, mais ces derniers restent plus douteux quant à leur ancienneté à ce stade des recherches.
    On en trouve aussi sur quelques petites zones isolées au Portugal. Il en existe aussi en république de Macédoine.

    Dans les massifs montagneux des Alpes et du Massif central on remarque une certaine proximité entre les cruciformes gravées et les pierres à cupules, dans certains sites on rencontre des cruciformes cupulées en grand nombre, dans d'autres les cruciformes composent avec les cupules et autres motifs. Aucune étude à ma connaissance en France ne porte sur ces cruciformes et sur leur rapport avec les pierres à cupules. Sont-elles réalisées en même temps ou à des périodes successives ou différentes ? Un chercheur Ecossais A. D. Lacaille a publié en 1928 dans le bulletin de la Société Préhistorique de France (volume 25 / n°11 / pages 453 à 463) une intéressante étude intitulée "Les croix aux temps préhistoriques et la cupule pendant le christianisme (en Ecosse)", dans cette étude il essaie de montrer la persistance pendant quelques temps, de l'usage des cupules sur certains monuments chrétiens en Écosse. D'autres études en Italie montrent des exemples de groupe de croix gravée en contexte clairement chrétien que l'on aurait pu prendre, hors contexte, pour des croix beaucoup plus anciennes, ce qui montre la difficulté de ce sujet.

    En Suisse les recherches et inventaires menés par des archéologues dans le Tessin, dont Franco Binda nous indique quelques chiffres.
    En 1978 :
    - dans le Tessin Suisse sur 292 pierres gravées de signes : 75% de cupules, 13,4% de cruciformes, 0,8% de croix latines, - dans le Grison en Italie sur 179 pierres gravées de signes : 77% de cupules, 13,9% de cruciformes, 1% de croix latines.

    Livre : Archeologia rupestre nella Svizzera italiana Franco Binda Armando Dadò Editore (1996)

  • Les cruciformes du Tessin par Franco Binda.
  • Les regards du Pilat, pierres à cupules et gravures cruciformes à Treves.
  • Pierres à cupules et gravures cruciformes du massif du Caroux.

  • espolla.jpg Dalle de couverture de la tombe à couloir de Barranc d'Espolla en Catalogne.



    meso
    Orant cruciforme et classique au col de la Vanoise en Savoie,
    photo Raphaël Excoffier.


    meso
    Orant cruciforme et classique, Traversella (TO) Italie.


    Orant cruciforme du mégalithe du ruisseau de Couleurs
    de Reine-le-château France.


    croix_suisse_complexe
    Ensemble complexe formé de croix, Piota Liscia, Riviera (TI) Suisse.

    Retour au sommaire

    meso
    Relevés de gravures en Ile de France présumées mésolithiques, avec forme en partie cruciforme.

    meso
    Gravures en grotte Sud de l'Ile de France présumées pré néolithiques, comportant des formes cruciformes, photo GERSAR.

    Retour au sommaire



    Les formes cruciformes antérieures

    J'ai cherché à savoir si les cruciformes existaient déjà au mésolithique, pour un usage représentatif similaire et à ainsi mieux comprendre leur genèse. On peut retrouver pour cette période parmi les dessins anthropomorphes du massif de Fontainebleau et du Sud de l’Ile de France par exemple, un certain nombre de dessins anthropomorphes dont le corps reprend en parti une forme en croix, tous ont une tête et des mains, mais leur corps est bien cruciforme et sans jambes séparées. On est encore loin du schématisme simple que l'on recherche mais on en retrouve les formes de base. Des cruciformes existent, mais leur datation et signification ne sont pas assurées. Cela peut seulement montrer que la forme cruciforme était déjà significative comme une partie de la représentation humaine stylisée.

    Retour au sommaire

    Lors de mes questionnements sur les représentations cruciformes, j'ai cherché à reconnaître certains motifs particuliers, différenciant ou originaux, pour voir si il existait des styles commun dans différentes régions. Trois motifs ont particulièrement retenus mon attention : les cruciformes cupulées, les cruciformes potencées et les cruciformes sur socle :

    - Les cruciformes cupulées sont présentes sur plusieurs sites, dans tous les massifs, les plus courantes sont cupulées sur les 4 extrémités ou sur les 3 du haut, c'est peut-être une technique de finition des extrémités. Certains cruciformes en Italie ont une cupule seulement à la base, dans ce cas précis, cela semble être un différenciant sexuel pour signifier une femme ? cette sexualisation est une caractéristique du néolithique.

    meso
    Croix cupulées en Maurienne Savoie.
    datation
    Croix cupulées à Treves par Les regards du pilat.

    datation  datation
    Pierre de Feissons-sur-Salins avec croix potencées, autres anthropomorphes et cupules, en bas a droite une croix récente.

    - Les cruciformes potencées sont les plus particulières, elles sont en très petit nombre mais présentes sur plusieurs sites assez éloignés, Cévennes, Savoie, Piémont. Ce qui pourrait faire penser à de curieuses affinités culturelles entre les Cévennes, la Savoie et le Piémont ? Ce motif existe aussi en période historique, mais tout aussi rare et plus travaillé.

    - Le dernier cas celui des croix sur socle est le plus inattendu, ce dernier motif qui semble très chrétien en apparence. Il bouleverse nôtre mode de pensée, c'est assez inattendu. On trouve sur plusieurs sites en France et en Italie des croix sur socle gravées dont certaines seulement semblent associées à des motifs préhistoriques. Deux formes de socles sont connues, triangle ou rectangle, les socles les plus courants sont simples et vides. Peuvent-elles pour certaines être préhistoriques ? Cela nous parait peu croyable mais rien ne permet de l'exclure complètement pour quelques cas. Pour comprendre la genèse de ces socles on observe des cas de croix avec un petit triangle socle et d'autres avec deux petits traits non fermés au pied. Le motif du socle au pied des croix reste assez rare. On en connaît de nombreux exemples historiques en Ile de France.

  • Etude des gravures de croix sur socle Duncan Caldwell.
  • datation  datation
    Gravures avec croix sur socle à Tincave Savoie.
    A côté croix sur socle près de l'oratoire du Villard de Montagny Savoie.





    Retour au sommaire

    datation
    Croix à Crou en italie, croix simples, croix cupulées, croix à socle.

    Retour au sommaire

    Leur signification

    Pour le moment la signification de ces cruciformes et cupules ne nous est pas connue. Ce que l'on pense c'est que les cruciformes néolithiques sont des anthropomorphes et que certains signes permettent de marquer le sex, il existe aussi des formes distinctives comme les formes cupulées, potencées ou sur socle. Mais rien de plus sur le sens des représentations. Tout est à découvrir dans ce domaine, certaines recherches sur le sens de ces signes donnent des pistes de recherche. Une des pistes de recherche porte sur une protoécriture, la pictographie, proche d'une langue des signes, indépendante des langues, qui auraient eu une signification sous forme de signe gravés ou peints pendant le néolithique reposant sur un substrat plus ancien. Les cupules et gravures anthropomorphes en auraient fait parti. Ce n'est qu'une hypothèse mais elle mérite d'être explorée malgré sa complexité apparente. Dans nôtre monde où icones et tags remplace de plus en plus le language écrit, on comprend mieux l'intéret que pouvait avoir ces signes pour nos ancêtres qui devaient pouvoir communiquer entre eux, sans être présent, et avec les esprits dans un monde en cours de mutation ideologique. Le sens de ces conceptes ont disparrus avec le temps, seul les signes gravés ou peints dans des abris éléments plus durables ont résistés à l'usure du temps, et c'est avec ces bribes d'éléments très partiels que nous devons essayer d'interpréter leur sens. Avant l'invention des lettres et des idéogrammes, nos ancêtres ont utilisés pendant des siècles voir des millénaires des solutions mémorielles et de transmitions d'informations primitives entre individus, que je qualifierai, d'iconogrammes, de pictogrammes et de symbologrammes. Ce ne sont pas des mots, ce ne sont pas encore des idées qui sont échangés, ce sont des faits. Ici sont des hommes, nous sommes nombreux, nous sommes d'habiles chasseurs, nous sommes très fort, c'est nôtre territoire de chasse, ces esprits nous protèges, ... D'autres signes à usage interne au groupe, ou réservés à des initiés, sont plus symboliques, ils s'adressen aux esprits et sont bien plus complexes à interpréter. La signalisation de l'époque pour limiter les mauvaises rencontres et avertir l'autre (pictogrammes) ou interpeler l'esprit par des symboles.. D'autres signes sont à usage interne au clan, pour laisser des traces ou des souvenirs à usage interne (symbologrammes) ou pour signifier des étapes de vie. C'est ce genre de pistes entre autres que l'on peut essayer d'explorer. Les hommes n'ont pas attendu l'écriture pour se laisser des messages.

  • Art rupestre base de l'écriture de nôtre planète.
  • Les signes sémiotiques éléments principaux de la communication préhistorique.
  • Sémantique et sémiotique des arts préhistoriques.
  • DE LA CONSTRUCTION DU SENS SANS LE TRUCHEMENT DU LANGUAGE.
  • De l'invention de l'écriture à la lecture d'Uruk au cerveau humain.


  • croix_grotte_greolliere
    Les croix de la grotte de Gréolliere un rare cas de ce type.

    lanaye183
    The polissoir of Halling (France).

    Retour au sommaire

    Pas des preuves seulement des pistes de recherche


    Il faut sortir des combats idéologiques du tout chrétien ou du tout néolithique, pour les formes en croix. Nous sommes en présense de Plus de 8000 ans de gravures, et bien souvent mélangées. Le signe cruciforme a existé depuis ces époques reculées et tout au long de ces périodes sous de nombreuses formes différentes.

    Ces différents exemples ne sont pas des preuves archéologiques, ce ne sont que des observations, et un ensemble de pistes de recherches, qu'y il me semble mériteraient d'aboutir à des études plus poussées et professionnelles. Le sens et le langage de ces cruciformes ont beaucoup à nous apprendre sur leurs auteurs et sur le contexte, quel qu'en soit la période, et pour cela il faut mieux différentier les croix historiques, des plus anciennes si il en a. Le passé est souvent plus complexe et surprenant qu'on peut l'imaginer, rien n'est simple ni facile à comprendre. Il nous faut mieux étudier ces phénomènes hors de tout dogmatisme. Le manque d'études sérieuses laissant le champ libre à toutes les interprétations. Cela ne va pas de soi, tout pourrait nous porter à ne pas les voir et le croire, il faut parfois passer au-delà de l'évidence, quand un nouveau regard la change.
    Il est difficile pour des occidentaux à l'esprit formaté par une éducation judéo chrétienne de faire abstraction de ses conceptes mentaux qui nous incite à voir dans la croix une representation uniquement historique. Cette solution nous rassure, nous évite une transgression de la pensée majoritaire. Mais la compréhention de la préhistoire doit rester un fait scientifique sans dogmes ou tabou, seule une étude des techniques, des traces, des éléments matériels, doit nous apporter la réponse à nos intérogations, et à ce jour malgré de nombreuses recherches rien ne permet de tranché avec assez de certitudes. Il nous faut continuer les recherches avec encore plus de moyens et avec de nouvelles approches complémentaires, pour avancer vers la compréhention de ces gravures.

    Rien n'est prouvé à ce jour, on reste sur des hypothèses et des conjectures. Toutes conclusions sans plus d'élément tangibles ne peut-être que superflue.

    Il faut analyser finement chaque type de motif, pour en distinguer les différentes formes, styles et déterminer leur périodes possibles d'appartenance et les éléments de distinctions.

    Vous trouverez d'autres exemples en image et des références bibliographiques sur ces pages

  • Les gravures cruciformes.
  • Comparaison des types de cruciformes.

  • Ce qui ressort de nos constatations, c'est de les anthropomorphes, sont des marqueurs éthniques forts, d'une culture à l'autre, d'une époque à l'autre, leurs types de représentations sont extrêmenent différents. Ils sont donc des marqueurs qui nous permettent de délimiter des cultures et croyances, ce que certain caractérise par géographie sociale, comme les styles de poteries, les tailles de la pierre ou les bijoux. Les styles d'abstractions des anthropomorphes du monde sont multiples et parfois difficile à reconnaitre, comme les anthropomorphes arboriformes du mésolithique, ou des formes en cercle, en boucles, en croix, ... Il semble que l'évolution des cultures humaines passent souvent par un stade à dessins anthropomorphes, on en rencontre sur tous les continents, à différentes époques, c'est un stade que l'on retrouve chez les chasseurs cueilleurs évolués et au début des stades néolithiques. Ce stade disparaissent dans les cultures plus évoluées.

    Autre constatation le signe est très lié au support et au type de représentation, ce cruciforme se retrouve essentiellement sur les gravures, il est moins présent voir extrêmement rare en peinture et dans les abris, dans le statuaire, et sur les céramiques. Le cruciforme est par contre le plus souvent associé aux cupules, qui elles sont beaucoup plus répandues et dépassent largement sa zone de répartition.

    Irish_cross.jpg
    Irish solar cross.

    petroglifos-cruciformes.jpg

  • NOVO CONXUNTO DE GRAVADOS CRUCIFORMES NO LUGAR DAS CORTES (PARROQUIA DE SANTA MARIÑA DO ROSAL).
  • 


    Création 2016, mis à jour le 01/04/2018