Pierres à cupules, gravures et néolithique de nos montagnes

Analyse des Pierres à cupules et des théories pour expliquer leurs utilisations


   Sommaire

    Contexte
    Quels repères ?
    Etudes sur les cupules
    Les théories
    Observations
    Cupules
    Datation
    Conclusions





conat24.jpgPierre de les creux Conat en forme de cadran solaire

Retour au sommaire

Les analyses et théories évoquées ici évolueront en fonction de l'avancée des recherches. J'invite les lecteurs à m'évoquer leurs idées et recherches sur le sujet, pour les confronter et les affiner, de façon à faire progresser les recherches sur ce sujet.

Contexte

Même si les pierres à cupules se trouvent dans de nombreuses régions et pays, elles sont particulièrement nombreuses en montagne entre 800m et 1600m. Certaines se trouvent au-dessus de 2000m dans des cols et des alpages.

Ce phénomène des pierres à cupules en montagne se rencontre aussi en Suisse, en Italie et en Macédoine.

D'après les études suisses il y aurait plus de 400 pierres à cupules en Savoie, environ 150 en Valle di Susa (Italie), au moins 250 dans le Tyrol du Sud et plus de 2000 en Suisse. Seulement environ 20% des pétroglyphes sont jusqu'ici inventoriés. En fait dans nôtre base sont déjà référencées plus de 800 pierres dans les Alpes et autant côté Italien. On peut penser que plusieurs milliers de ces pierres sont à retrouver dans chacun des pays, ce n'est pas anecdotique. L'usage de ces pierres est bien plus répandu que ce qu'on aurait pu le penser. D'autant que beaucoup ont disparues. Elles semblent avoir été particulièrement nombreuses en zone de montagne. Leurs zones de répartition nous apportent quelques indications sur les peuplements de ces régions, sur l'aire géographique des peuples qui en avait l'usage. Elles ont encore beaucoup de choses à nous apprendre, sur les modes de déplacement, et sur les habitudes de l'époque.

Pour ces pierres en montagne, la position semble avoir été choisie avec soin. Dans des lieux particulièrement dégagés et dominant, avec un large horizon et des pics remarquables en visé. Dans les études comparatives à mener il est impératif de vérifier si ces visées et alignements ont des significations astronomiques particulières ou non.

Certaines pierres sont dans des zones actuellement boisées, mais qui à l'époque pouvaient être un peu plus dégagées.

Certaines pierres à cupules réutilisées dans des tombes ou enterrées dans des contextes archéologiques datables ont permis de les dater approximativement, leur utilisation semble correspondre aux périodes situées entre 5000 et 1000 avant JC. Du néolithique moyen à l'âge du bronze environ. Ce qui les associe au mouvement mégalithique général de cette période et aux gravures de ces époques. En Italie des dalles à cupules ont été retrouvées dans des tombes et à proximité d'habitats du chalcolithique et du bronze ancien.

Paléoécologie humaine des pétroglyphes alpins.

Cupules un des arts les plus ancien parvenu jusqu'à nous.

Ces pierres sont souvent sur les chemins de transhumance vers les alpages ou sur les chemins des cols inter vallées. Quelques-unes sont dans des Alpages. Il y en a un grand nombre, dans presque toutes les vallées des Alpes, du Jura, et du Massif central. Un inventaire et des recherches plus systématiques devraient permettre d'en faire apparaitre d'autres (voir la carte).

Mes récentes recherches sur le sujet montrent qu'elles sont à intervalles assez réguliers le long des anciens chemins, parfois légèrement en retrait. Un grand nombre ne comporte que quelques cupules. J'en arrive à penser que celles-ci ont pu avoir un rôle plus utilitaire, peut-être lié à l'alimentation. Au moins l'une d'elles à Bozel est sur un site d'habitat régulier.

Ces pierres nous permettent de mieux comprendre les modes de déplacement dans les vallées alpines. Il semble que les néolithiques privilégiaient pour leur déplacements les zone situées entre 700 et 1400 m d'altitude, en dehors des cols et croisements de vallées. peut-être qu'à leur époque les vallées étaient difficillement praticables, et que dans ces zones plus hautes, et ensoleillées, le couvert forestier, peut-être moins dense, était plus propice aux déplacements et pour la chasse. Ces zones d'adret ont de tout temps par la suite été plus habitées et plus propices à l'élevage. On les retrouve aussi sur les chemins des carrefours de passage inter vallées et sur les chemins des cols.

Une étude attentive de ces marqueurs de passage permettrait il me semble de mieux comprendre leurs déplacements et pourrait aider à découvrir de nouveaux sites.



Une des particularités de ces pierres, par rapport au reste du mouvement mégalithique, est qu'elles sont, pour une grande majorité, des pierres non déplacées par l'homme, marquées sur des rochers tombés ou déplacé par les glaciers. Malgré cela certaines sont en réemploi dans des tombes.

Il est de plus en plus admis que des formes d'alpages pouvaient être ponctuellement utilisés, dans des modes différents, dès ces époques reculées, probablement pour y faire paître des caprins ou des ovins. Ces zones étaient propices aux explorations pour des recherches de cristaux, de métaux, pour la chasse et également pour le commerce inter vallées. On ne sait pas exactement si les alpages étaient déjà utilisés, ni comment ils pouvaient l'être

Le climat était sur certaines périodes probablement un peu plus chaud, les glaciers devant être plus reculés. C'est ce qui a permis la conservation d'Otzi le chasseur néolithique qui a été retrouvé dans un glacier des Dolomites italiennes à 3213 mètres d'altitude. Les forêts de montagne moins importantes ou légèrement différentes. Les peuplades pratiquaient couramment la technique du brulis pour obtenir de nouvelles zones utilisables pour leurs cultures ou autres.

Retour au sommaire

Quels repères ?

Les repères liés au soleil et aux étoiles (=> de nuit) peuvent être recherchés sur les alignements de ces pierres. Ils pouvaient se faire soit sur des alignements de vallées, sur des pics, ou sur des pierres proches. Il est très important d'étudier une pierre dans son contexte et de rechercher autour des indices de repères. Certains pouvant être masqués par des arbres, déplacés ou enterrés depuis. Il faut bien s'assurer que la pierre est dans sa position d'origine. D'après mes propres contestations, elles ont souvent des alignements mais pas toujours liés à des astres, elles peuvent simplement être alignées sur des phénomènes naturels : vallées, montagnes, ...

  • Pierres à cupule en Europe (en allemand).
  • Schalensteine weltweit.
  • Note sur l'usage des Cupules.

  • Livre : Archeologia rupestre nella Svizzera italiana Franco Binda Armando Dadò Editore (1996).

    Livre : Il mistero delle incisioni. Archeologia rupestre nella Svizzera italiana,
    Franco Binda, Editore: Armando Dadò Editore 2013, EAN: 9788882813536.

  • Le incisioni rupestri nella Svizzera di lingua italian par Franco Binda.
  • Les cruciformes du Tessin par Franco Binda.

  • Chiesa_Madonna_Assunta_Semione_Suisse.jpg
    Cupules en spirale, Chiesa Madonna Assunta Semione Suisse.

    Etudes sur les cupules


  • http://www.visual-arts-cork.com/prehistoric/cupules.htm
  • Cupules—- the oldest surviving rock art
  • THE CUP-MARKS IN ROCK ART IN WESTERN EUROPE. A CONTRIBUTE TO ITS STUDY AND INTERPRETATION
  • E. Octobon : Où en est la question des Cupules et des bassins ? 1961.
  • Pierres à cupules du Tarn

  • Van Gennep A. Note sur l'usage des Cupules. In: Bulletin de la Société préhistorique de France, tome 21, n°5, 1924. pp. 154-156

  • Voici une étude de Jean-Mary Couderc très détaillée pour compléter votre lecture :

  • PATRIMOINE Jean-Mary Couderc et l'archéologie des cupules

  • Retour au sommaire

    Pierres à Cupules les théories

    Comme pour tous les mystères non encore bien expliqués, de nombreuses théories des plus sérieuses aux plus excentriques, sont avancées. Nous ne commenterons pas dans nôtre étude les théories liés au magnétisme, aux esprits des forêts ou aux extraterrestres, nous nous contenterons d'étudier une à une les plus sérieuses.

    Comme bien souvent, la réalité peut-être un mélange de raisons diverses. L'utilisation de ces pierres a pu changer au cours du temps, et les relations que les autochtones ont pu avoir avec ces pierres au cours des siècles peuvent être très éloignées de leurs destinations premières. La très grande répartition géographique au-delà des continents de cet art primitif, devrait pouvoir nous en apprendre beaucoup sur la spiritualité et les modes de communications de ces époques. Des pierres à cupules existent sur tous les continents, et à des époques différentes, cela indique probablement des motivations et usages très variés.

    Sur France Ô dans l'émission Passion Outremer - Guyane terre de tous les possibles https://www.france.tv/france-o/passion-outre-mer/382579-emission-du-dimanche-21-janvier-2018.html Des indiens de Guyane se souviennent à quoi elles servaient chez eux : Les grandes cupules étaient des affûtoirs à haches de pierre: Ils mettaient un peu de sable dans la cupule, et frottaient circulairement la lame de pierre dans la cupule, en alternant les deux côtés. Les petites cupules allongées étaient des affûtoirs à pointes de flèches. Même principe, avec des mouvements de va et vient. Il en faisait une autre quand elle n'était plus adaptée. Dans ce reportage on voit des cupules larges et peu profondes, utilisées pour le polissage circulaire de haches et des rainures oblongues pour le polissage de pointes de lance ou de flèches.


    Les différentes théories envisagées

    - Une table de sacrifice :
    Les rigoles et cupules auraient servies à récolter le sang des animaux sacrifiés. Ou sans notion de sacrifice, des tables de débitage de la viande des animaux tués avec des cupules pour récupérer le sang.

    Mais toutes ne sont pas plates ? Certaines ont pu avoir cet usage par la suite, mais cela n'est probablement pas leur rôle premier ou le seul.

    - La récupération de sel par évaporation
    Y a-t'il des sources salines à proximité ?
    Cela pourrait expliquer les rigoles sur certaines pierres.
    Ces cupules peuvent favoriser le dépôt de minéraux par évaporation des eaux de pluies.

    - Point de distribution de sel ou appâts pour les animaux
    Le sel à ces époques était-il assez disponible en montagne ?
    Les animaux sauvages et domestiques ont besoins de sels minéraux pour leur bonne alimentation, parfois ils lèchent certaines pierres pour augmenter cet apport
    peut-être que la poussière de certaines roches les attirent ?
    Les hommes auraient pu s'en servirent comme pièges pour attirer des animaux sauvages ?
    Ou comme complément alimentaire pour leur bétail ?
    En observant le comportement des animaux vis à vis de certains rochers ?
    Ou en utilisant la poudre de ces pierres comme complément alimentaires ou médicinaux pour eux-mêmes.

    - Une table de récupération d'eau de pluie
    En montagne l'eau est partout quel intérêt ?
    Certain le compare au rituel de l'eau bénite, Mais ici on est en extérieur. Le culte de l'eau est une des théories, à ne pas négliger. Certaines pierres à cupules ont comme des rigoles, qui pouvaient servir pour des écoulements de liquides. Cela concerne plutôt, les cupules de taille moyenne.
    Des cupules ont une définition sacrée, celle de l'eau pure induisant la guérison de l'Etre, les maladies de peau, des yeux, souvent présentes près de sources où de fontaines "de la force".
    Une pierre possède plusieurs cupules dont l'eau recueillie était destinée aux maladies des yeux lors des pardons il y a encore une vingtaine d'années. C'est la Pierre de Saint Guenhaël sur laquelle sont creusées 17 cupules guérisseuses ( on y versait de l'eau de mer ou de la source ? ) ce qui soulageait les maladies des yeux, pèlerinage lors des pardons de septembre en l'honneur du saint.

    Fontaine et cupules associées
    Autre association soins et cupules

    - Une table d'offrandes
    Les lieus où sont placées ces pierres, sont le plus souvent bien dégagées sur des paysages superbes. Ce sont des lieux idéals pour honorer des dieux, et leur faire des offrandes.
    L'eau et les sacrifices ne sont pas les seuls dons possibles, quels pourraient être les autres raisons de ses cupules et rigoles.
    Des aliments sont d'une grande importance pour ces peuples, ce sont les céréales, et quoi de plus noble à offrir aux dieux. En fait ces cupules auraient pu servir de réceptacles pour des graines ou des farines, ou autres. Cette idée, vient de l'effet de contraste que peuvent produire sur ces pierres les teintes claires, remplissant ces cupules ou rigoles.
    Certaines d'entre elles en hiver font apparaitre ce contraste, naturellement, une certaine beauté s'en dégage.
    En visitant certaines pierres isolées, avec peu de cupules ou d'écuelles, on peut aussi imaginer pour certaines d'entre elles un usage plus utilitaire, comme lieu de broyage alimentaire.

  • Dépôts votifs contemporains.
  • Plusieurs cupules au pied du baobab sacré de Nobéré, Burkina-Faso.
  • Culte des pierres.
  • saisons.jpg
    Pierre de Saint Guenhael

    - Point de repère visuel pour les transhumances ou chemin de transit.
    Les cupules et dessins ne sont pas toujours visibles d'en bas. Mais elles peuvent indiquer des directions, des points d'arrêt ou de rencontre. Elles sont aussi des marqueurs de territoires. Attention vous pénétrez sur un territoire défendu, habité.

    Sur place en parcourant certains sites on a très vite l'impression qu'au moins certaines d'entre elles marquent des points d'arrêt, et leur utilité peut-être liée à ces poses, culinaires ou autres. Contrairement aux menhirs et dolmens dont les pierres ont subi des déplacements, ici on est dans une majorité des cas devant des blocs erratiques ou d'éboulements anciens, trouvé au grés des trajets et sélectionnés pour leur forme ou leur praticité. Ces pierres nous laissent deviner les chemins préférés et pratiqués à l'époque avec des contraintes et préférences qui peuvent nous renseigner sur leur mode de vie et de déplacement. Reste à en retrouver le sens perdu.

    - Des cartes
    En Australie dans les déserts des gravures en ronds, des cercles concentriques et des rigoles gravées représentent des cartes des sources et les chemins pour les trouver.
    Je pense que cette hypothèse de représentations cartographique d'un territoire est une possibilité à explorer. Plusieurs indices alimentent cette thèse : les dessins d'aspect cartographiques ou de plans existent au néolithique moyen, des fouilles on daté certaines de ces gravures antérieurement à 3500 ans en Italie, sur un bloc de réemploi d'une tombe datée du chalcolithique, d'autre dessins présentant des plan de champs ou d'abris avec murets de clôtures son connus. Il est envisageable que les cupules accompagnées de rigoles pour certaines soient des représentations très schématiques d'un secteur avec des chemins ou ruisseaux et points d'intérêt. Une méthode mémorielle utilisée pour les voyageurs nomades ou colporteurs pour mémoriser des zones.

    - Des ruisseaux l'écoulement de l'eau
    Les méandres et rigoles qui se rencontrent entre les cupules, pourraient signifier, symboliser, l'écoulement de l'eau, les ruisseaux. Au mont Bégo, où le langage graphique est très différent, certains archéologues interprètent les lignes en zigzag comme la représentation de l'eau qui alimente les champs.

    - Les cupules représenteraient la pluie
    Pour demander aux dieux de faire pleuvoir.

    - Les pierres à cupules ont pu être utilisées comme un mortier, de broyage : pour graines, noix ou colorants, ... ou à des fins médicinales dans la production de la poussière de roche.
    Il faudrait étudier les rayures des cavités et les modes de fabrication de ces cavités. Certaines des pierres avec peu de cupules et pour les plus grosses ont probablement eu ces types d'usages. Dans l'étude d'une pierre à cupules en Suisse un bloc d'ocre a été retrouvé dans un trou d'une grande pierre.

    Note sur l'usage des Cupules A. Van Gennep, bulletin de la Société préhistorique de France année 1924

    - Les cupules représentent des étoiles remarquables : pléiades, Grandes ourses, taureau, ...
    Certaines roches sont criblées de cupules, trop pour cela.
    D'autres trop peu nombreuses pour cela.
    Certaines malgré tout pourraient y faire penser. Mais à ce jour rien de probant n'a pu être mis en avant, et seul quelques rares cas pourraient y répondre.

    B01036_5.jpg

    Cette rare pierre au lieu d'être couverte de cupules rondes, l'est de petites croix, qui peuvent faire penser à des étoiles.

    - Des cupules ont pu servir de lampe
    Sous le principe de la lampe à huile, avec de la graisse et une mèche.
    Cela pourrait se comprendre pour une utilisation nocturne, d'observation des étoiles par exemple.

    - Des cupules en lien avec l'allumage du feu
    Un mode d'allumage du feux qui impliquerai une rotation avec des matériaux inflammables dans la cupule.
    Ce qui pourrait expliquer qu'on en trouve un peu partout, seul problème on ne connait pas d'exemple de telles techniques. Des essais ont été réalisés mais n'ont pas été concluants.
    Feu par percussion, feu par friction [Les données de l'expérimentation]

    - Des cupules en lien avec le culte des morts
    Au moyen âge des pierres transportables avec des cupules régulières servaient à faire bruler des mèches dans du suif ou de l'huile, leur utilisation était liée au culte des morts. Des cupules uniques sommitales des stèles de l'âge du fer, un peu paléochrétiennes pour la plupart, ont aussi une signification faisant appel aux morts dans l'au-delà.
    En Finlande les pierres à cupules sont très liées au culte des morts.

    - Les pierres à cupules pourraient être des repères pour des lieux particuliers, pour des actes rituels.
    Pour signaler des tombes, des sources d'eau, des entrées de territoires ou des possessions, des ressources diverses. Certains pensent que ces pierres marquent le lieu de décès de personnes importantes du clan. Dans certains pays comme en Finlande ces pierres sont associées au culte des ancêtres. Un certain nombre de tombes en ciste ont des cupules et parfois des gravures sur la dalle de couverture la plupart de ces cas sont attribués au chalcolithique, il y en a une à Thonon les bains en Haute Savoie, une à Aoste et une autre dans la même vallée en Italie, plusieurs autres en Italie, le plus souvent une seule comporte ces signes parmi des groupes de plusieurs tombes.

    Une table à cupule pourrait répondre à plusieurs besoins en même temps ou au cours de l'année ou du temps : divinatoire, calendar, et spirituel.
    - Divinatoire en interprétant des signes cosmiques ou solaire
    - Calendar en permettant de situer les changements de saisons
    - Spirituel en donnant des pouvoirs magiques à cette pierre (croyance) - Mémoriel, pour conserver des souvenir - Territorial pour marquer une appartennance - ...

    Ces besoins importants pour les peuples de l'époque doivent être maitrisés par les pouvoirs locaux pour justifier de leur rang pour assurer l'avenir de la tribu.

    L'utilisation a pu aussi varier dans le temps. Le très grand nombre de pierres à cupules réparties dans le monde entier, dans des contextes souvent très différents. Cela laisse à penser que certaines ont des significations et utilisations très différentes de celles de nos montagnes, mais aussi qu'elles répondent à un besoin important et assez courant pour ces populations néolithiques pionnières de l'agriculture et du pastoralisme.

    Certain y voient des outils de comptage, des calendriers ou encore l'expression de sons et les rapproches des stries gravées.

    - Pierre de contes, de croyances et de traditions, pour transmettre des messages.

    - Un instrument de musique :
    Maurice Reygasse, relate au Congrès Préhistorique de France 1934, un témoignage de Touaregs du Tassili des Ajjers au Sahara comme quoi leurs ancêtres utilisaient des pierres à cupules comme instrument de musique pour leurs cérémonies. Il faisait rouler une grosse pierre sur les cupules ce qui produisait un son proche de ceux des tambours tobol, très audible. Une démonstration lui a été faite sur place très convaincante, voir photo. Cette utilisation devrait laisser des traces de rayures ou d'usure.

    Une intéressante étude anglaise porte sur les "Rock gong" des rochers sonores gravés que l'on trouve un peu partout, comportant souvent des cupules.
    Hitting Rock gong
    Rock gong from the Nile


    On peut aussi imaginer un usage comme table de jeux, où les cupules sont des réceptacles pour des jeux primitifs de lancés de pierres ou noisettes ou des jeux de stratégies diverses ?
    Cupules et naumachie Henri Van Effenterre bulletin de correspondance hellénique 1955


    Retour au sommaire

    Différence entre les cupules

    Il existe plusieurs sortes de cupules de dimensions différentes. Elles semblent aussi s'organiser en groupements par types d'usage.

    Des petites cupules souvent en grand nombre que l'on peut essayer de diviser en sous catégories.

    - les simples très nombreuses et peu marquées

    - les importantes moins nombreuses et plus marquées

    Les dessins s'appuyant souvent sur ces dernières, certains ont remarqués que les cupules termines des dessins et des croix, cela aurait permis de faciliter la gravure en permettant une finition plus nette des extrémités.

    Des cupules moyennes moins nombreuses.

    Elles peuvent parfois accompagner les premières, mais sont souvent seules ou en petit nombre.

    Des grandes cupules plus ou moins isolées, appelées aussi écuelles.

    Ces dernières sont plus à classer dans la catégorie des bassins ou mortiers. Ces cupules sont souvent en petit nombre et isolées par 2 ou 3. Pour ma part je pense qu'elles ont pu avoir une utilisation alimentaire, on les rencontre le long de chemins ou sur des points de surveillance. Ce pourrait être pour une part d'entre elles des écuelles de broyage pour les céréales, fruits et noix diverses, permettant aux voyageurs et guetteurs de disposer sur leurs axes habituels de déplacement de points pour préparer leurs repas ponctuels.



    IMG_4228.JPG





    IMG_4263.JPG

    Les cupules sont souvent seules sur la pierre mais dans les cas où elles sont accompagnées, il y a différents motifs récurrents : gouttières, cruciformes, anthropomorphes, pédiformes, formes en U, bassin, bols, ... On n'a aucune idée de la signification de ces associations.

    Retour au sommaire

    Observations

    Il existe plusieurs sortes de cupules de dimensions, de nombres et de rôles probablement différents.

    Des gravures dessins d'époque ou plus récentes sont à différentier. Il faut essayer de déterminer l'ordre d'apparition des gravures

    Des pierres à cupules plus simples ou plus grosses peuvent accompagner une pierre principale à plus ou moins grande distance.

    Le très grand nombre de pierres mis à jour devrait permettre un jour des études comparatives à plus grandes échelles. Il faudra pour cela déterminer des critères d'étude, permettant des comparaisons utiles.

    La régularité des cupules me fait penser qu'elles ont pu être creusées par des techniques de forages circulaires, avec forets en bois dure et frottements avec silice et liquide. Technique efficace et pratiquer par exemple en Crête au Minoen pour creuser des vaisselles en pierre. Ces peuplades maitrisaient les techniques de polissage et étaient expertes dans le travail de la pierre.

  • Approche expérimentale de techniques paléolithiques de façonnage de roches.
  • Pierres à Cupules de Wiccapedia.
  • Cupules dont l'usage
    est connu

    Depuis des millénaires, l'homme a utilisé des blocs de pierre monolithiques - grands bols avec des diamètres de 10 à 40 cm. Ce sont des pierres de mortier qui ont servi depuis la préhistoire et jusqu'à nos jours, dans le cadre d'une utilisation comme pilon pour écraser ou trier : céréales, châtaignes, ou noix, dans certains cas, probablement également pour écraser les matières pulvérulentes (Matériaux et couleurs). On peut aussi penser à la fabrication d'huiles à partir de graines, ou de noix, en Espagne de l'huile de genévrier aurait été obtenue sur des pierres plates, gravées de rigoles. En suisse l'inventaire SSDI récence plus de 300 de ces pierres mortier enregistré à 90%, dans les cantons des Alpes du Valais, du Tessin et des Grisons.

  • Note sur l'usage des Cupules A. Van Gennep, bulletin de la Société préhistorique de France année 1924
  • Pierres à écuelles par I. MARIETAN
  • METHODE D'ETUDE DU MATERIEL DE BROYAGE DE MONTE LAZZU
  • La gestion des végétauxdans les Pyrénées: la consommation des noisettes sur le site mésolithique de Font del Ros






  • En Grande Bretagne, en France sur la façade atlantique, au Portugal et aux USA les cupules sont souvent entourées de cercles qui forment comme un halo autour et parfois coupé d'un trait partant du centre. Curieusement ce même motif se retrouve sur plusieurs continents le cas plus curieux est celui de la Corée du sud, très similaire aux motifs d'Europe. Il serait intéressant de voir précisément les aires de diffusion. Ce motif dans le cas de l'eau feraient pensées aux vaguelettes autour des goutes tombant dans l'eau, dans le cas des étoiles cela évoquerait la brillance, et le trait dans ce cas évoquerait l'étoile filante ou la comète.

    outils.jpg
  • Les outils à cupules, marqueurs de la métallurgie du district de Cabrières-Péret (Hérault) au Chalcolithique

  • Retour au sommaire

    Datation

    La datation des pierres à cupules n'est pas aisée. Seul des cas de réemploi ou d'association avec des tombes ont permis dans quelques cas de donner des dates minimums comme dans la cas des dolmens de la Croix-Saint-Pierre qui comportent des pierres à cupules dont certaines dans la sépulture du côté ouest, sont associées à des poteries épidanubiennes datant des environs de 4 500 av. J.-C. Beaucoup avant cela les dataient approximativement de la période du bronze, mais les datations les plus récentes les situent plutôt au néolithique , et même le plus souvent antérieurement aux dolmens. Ces dates restent à préciser sur plus de sites, leur période d'emploi peut-être longue.

    - La pierre de Trefael aux pays de Galles d'après les fouilles pourrait remonter à -3500 avant JC ou plus si c'est un réemploi.

  • La pierre de Trefael aux pays de Galles.
  • - Une pierre avec quelques cupules trouvée sur le site de Bozel Le Chenêt des Pierres en Savoie est datée du néolithique moyen I.





    - Une des tombes à cistes de la nécropole néolithique de Genevray à Thonon les bains Haute Savoie, était fermée par une pierre à cupule gravée. Les datations du site vont de -4500 à -3300 ans avant JC.

  • Nécropole néolithique de Genevray à Thonon les bains Haute Savoie,

  • En Italie certaines pierres à cupules comportent des rainures de polissage sur le même bloc. A Camparnaldo près de Caprie dans la basse vallée de la Dora Riparia (Val de Suse ; n° 930-1), une roche porte 13 cupules et de nombreuses rainures isolées ou groupées par 3 ou 4.

  • PETROGLYPHS IN ITALIAN ALPS DATED
  • Essais de datation avec des techniques scientifiques.

  • Plan de répartition des Gravures rupestres de Savoie.
  • Dating Methods (Absolute and Relative) in Archaeology of Art - Creap.
  • Retour au sommaire

    Conclusions

    Voici les conclusions provisoires de mon analyse sur l'utilisation des pierres à cupules. Ces conclusions ne portent que sur les pierres où les cupules sont petites et nombreuses et qui se trouvent en Montagne. Les pierres à cupules sont présentes dans le monde entier, les représentations qu'elles symbolisent sont donc diverses universelle et comprises facilement à l'époque. Toutes ne sont pas plates, ni horizontales, il en existe des inclinées, des verticales, des bombées, et des cas en plafond de tombe, en usage premier. Ce qui exclut le simple usage sacrificiel même si pour certaines ce pu être le cas en second usage.

    Toutes ne sont pas accompagnées de dessins ce qui laisse à penser que pour une majorité, les dessins ne sont qu'un ajout secondaire ou ultérieure. La grande majorité des pierres ne comporte que des cupules, et quand elles comportent des motifs moins de 20% des cas, seul quelques types de motifs sont le plus souvent associés aux cupules :
    - les rigoles qui joignent plusieurs cupules ou les bords de la pierre
    - les cruciformes, interprétés comme anthropomorphes,
    - les cercles ou concentriques mais eux principalement sur la façade atlantique et dans des zones en Suisse, avec quelques cas en Savoie.
    Les autres motifs sont beaucoup plus rares et divers.

    Quelques études ethnologiques anciennes ont rapporté des cas d'usages de pierres á cupules : instruments de musique, outils de trie des grains ou de broyage, culte des morts, ... Cela nous montre qu'il pouvait y avoir suivant les régions et peuples différents usages. Ces usages sont des marqueurs ethnique forts et durables dans le temps. Ces quelques pistes sont intéressantes et nous font progresser mais ne doivent pas limiter les hypothèses pour autant.





    Beaucoup de ces pierres semblent placées dans des emplacements remarquablement bien sélectionnés, pouvant correspondre à des points de visées particuliers, astronomiques ou pour l'essentiel géographiques, pour honorer des dieux représentés par des montagnes, des vallées, ... On peut parler de paysages sacrés pour bien illustrer ce que peuvent faire ressentir certains de ces lieux. Il semble que la présence d'une pierre remarquable et d'un alignement sur un paysage remarquable favorise la création de ces motifs. Ces pierres sont souvent en surplomb sur des lieus propices à l'affut.

    Les motifs représentés par les cupules sont le plus souvent aléatoires, mais sur certaines pierres certains croient reconnaître la forme symbolique des Pléiades, typique de l'époque formée de plus ou moins 9 étoiles, rien à ce jour ne l'atteste réellement.

    Pour moi le symbolisme des cupules représente soit les étoiles (assimilées aux morts dans beaucoup de croyances), soit la pluie, l'eau (les rigoles), soit des points du paysage en usage cartographique. Pour le moment je penche pour la représentation d'un culte des ancêtres, c'est une représentation très symbolique, mais sans organisation apparente. Chaque cupule étant un ancêtre du groupe, et pouvant servir à des dépôts votifs cérémoniels. Beaucoup d'indices les rapprochent dans d'autres régions ou pays du culte des morts, mais leur positionnement dans nos montagnes ne le confirme pas. Mais malgré la visualisation de milliers de pierres, aucunes preuvent ne permet de confirmer ces hypothèses et l'énigme reste entière. Ce qui est le plus communément admis, c'est que les plus importantes de ces pierres avaient un caractère sacré, liés à différents thèmes : aux dieux du soleil, des étoiles ou des montagnes, pour des besoins spirituels dans les domaines des naissances, des morts, des soins, du temps, des vœux, du voyage, du souvenir des anciens, ... sur de longues périodes. Elles avaient probablement un rôle mémoriel important et étaient des marqueurs de territoire. Elles sont répandues en nombre sur de vastes territoires dans plusieurs régions du monde. Leur grand nombre et leur variété laisse pensée que leur usage a duré longtemps et a pu commencer dès les derniers chasseurs cueilleurs Il est a remarqué que les motifs qui les accompagnes ne comportent que très rarement des armes et essentiellement quand il y en a des arcs. Il n'y a pas non plus d'animaux, on ne trouve essentiellement que des anthropomorphes et des motifs symboliques.

    Le positionnement de ces pierres aux croisements de chemins ou vallées peut faire référence aux cultes ancestraux qui sont rendus aux âmes des défunts aux croisements des chemins, il fallait nourrir ces âmes, ou leur allumer des bougies, les fleurir et dans certains cas y faire couler des huiles. Etude du rapport entre pierres à cupules et défunts.

    Les étoiles beaucoup plus visibles pour ces peuples que de nos jours ont forcément marquées leurs esprits et superstitions. Le ciel étoilé est un spectacle impressionnant qui fascine, intrigue, et questionne. Leur connaissance du ciel est plus grande que la nôtre. Le ciel pour de nombreuses civilisations est lié aux dieux et aussi aux ancêtres. Beaucoup de peuples pensent que chaque étoile est représentative de l'âme d'un mort et encore de nos jours on associe la mort à une montée au ciel parmi les étoiles. Les étoiles restent d'ailleurs encore de nos jours très liées aux arts divinatoires et astrologiques. Elles ont très tôt représentées une science divinatoire importante pour ces peuples en quête d'informations sur leur avenir et leur présent. C'était une façon d'interroger les ancêtres.

    Voici un résumé de mes constatations :
    - Les plus anciennes pierres à cupules pourraient dater du mésolithique.
    - Il y a plusieurs types d'usages pour les cupules en fonction de leur densité et de leurs tailles.
    - Elles n'ont pas de motifs ou d'alignements privilégiés, leur répartition semble aléatoire.
    - Le nombre de cupules est très variable.
    - Les pierres plates en position dominante dans des paysages grandioses et dégagés sont privilégiées.
    - Des alignements avec des pics ou des vallées semblent privilégiés.
    - Certaines en position de surveillance.
    - Le couvert forestier a pu changer entre nôtre période et celle d'utilisation.
    - Elles sont le long de chemins ancestraux et naturels, elles permettent de retrouver les passages privilégiés.
    - Elles sont de bons marqueurs des zones de fort passage de ces époques et des densités d'occupation.
    - Les adrets sont privilégiés.
    - Les motifs sont une marque d'évolution des usages.
    - Il y en a dans le monde entier et à toutes les époques.
    - Elles ne sont pas également répartie sur tout le territoire.
    - En France elles sont présentes en lien avec le phénomène mégalithique sur la Vendée et en Bretagne.
    - Leur plus forte concentration correspond aux zones montagneuses : Alpes, Massif Central, Pyrénées.
    - En Europe : Suisse, Italie, Espagne, Portugal, Grande Bretagne, Europe du Nord.
    - A noter qu'elles semblent peu présentes dans les Alpes du sud de la France.

    Ces pierres à mon sens ont servie à plusieurs usages. Un de ces usages secondaires étant de marqué des points de convergences astronomiques majeur, permettant à ces peuples de recueillir des informations calendaires importantes pour eux. Solstices, équinoxes, ... Une sorte de cadran astronomique que seul les initiés, sorte de chamanes, pouvaient interpréter. Un autre usage dans les tombes pourrait être de marquer par ce signe, les sépultures de personnages aux pouvoirs chamaniques importants, en tout cas il y a de nombreux cas de liens entre cupules et tombes. Certaines cupules isolées ont probablement un usage purement pratique, le long des chemins de déplacement, comme halte de broyage, dans des cupules plus larges. Peut-être des sortes de tables de piquenique fixes pour les haltes régulières, sur les chemins habituels, permettant de faciliter la préparation d'aliments à broyer ou casser.

    Cette étude en Italien très détaillée donne quelques pistes d'analyse intéressantes.

  • BULLETIN D'ÉTUDES PRÉHISTORIQUES ET archéOLOGIQUES ALPINES (BEPAA) de la Société Valdôtaine de Préhistoire et d'Archéologie, compilation de recherches sur les pierres à cupules en contexte archéologique édition 2014-2015.
  • Voici un résumé de leurs conclusions :
    - Les plus anciennes pourraient dater du mésolithique.
    - les pierres à cupules avec peu de cupules sur des petites pierres auraient un usage différent de celui des grandes pierres comportant de très nombreuses cupules.
    - le nombre de cupules et leur densité augmente avec le temps.
    - l'apparition des canaux serait plus tardive fin du néolithique et Âge du bronze.
    - les gravures de pieds seraient apparues vers 1000 av JC.
    - les pierres sont le long de voies anciennes.
    - les pierres sont éloignées des habitations.


    Plus on étudie et plus on voit de pierres à cupules, plus on comprend que ce phénomène est complexe, et qu'il faudra du temps pour le comprendre.

    Certaines de ces pierres au fils du temps ont probablement gagnées en importance spirituelle pour les habitants et conservées une certaine fascination. Elles ont reservi pour d'autres croyances, même après la perte du sens de leur usage premier.

    Très tôt il a existé trois pouvoirs importants pour les dirigeants des clans, le pouvoir guerrier, qui permet de régner par la force, le pouvoir spirituel et divinatoire, qui permet de s'imposer par la puissance mystique et la prédiction, le pouvoir de guérison, qui permet de soigner et de protéger des maladies. L'idéal étant pour les chefs de clans régnant, de maîtriser les trois, directement ou par des alliances et partages de pouvoirs.

    Conférence vidéo les conditions imaginaires et symboliques de la formation des castes ou des classes

    Il reste de nombreuses recherches à mener pour corroborer ou invalider les différentes hypothèses. Il ne faut pas négliger d'explorer de nouvelles pistes, avec des points particuliers à étudier et de les confronter à la réalité du terrain.


    Voici mon sentiment antérieur sur l'utilisation de ces pierres à cupules, déduit de mon étude du sujet. Ces idées pourront évoluer ou changer selon les résultats des constatations sur les autres pierres similaires. Cette déduction ne concerne que les pierres à nombreuses petites cupules que l'on trouve dans nos montagnes, pour le moment. J'ai pensé longtemps que certaines de ces pierres servaient aussi de repère temporel annuel en fonction de la position du soleil et des astres et peut-être de repère géographique. Un peu comme nos anciens cadrans solaire, mais pour diviser l'année au lieu du jour. Voici un exemple de la façon que j'imagine de les utiliser, la pierre est orienté Nord-Sud (ou Est-Ouest), le chaman ou observateur se plaçait derrière, (dos à l'Est) au moment du coucher du soleil, il suivait l'alignement devant lui indiqué par la pierre ou par des repères proches (autres pierres,…) qui lui indiquaient l'Ouest,... Cet alignement vers l'Ouest, pointe normalement selon ma théorie, en direction d'un Pic au loin ou autre point de repère à l'Ouest, pour certaines pierres au coucher du soleil ou à l'Est pour d'autres dans ce cas au lever du soleil.

    Mes constatations sur le terrain, à ce jour, ne permettent pas de valider cette théorie sur toutes les pierres, et il faut bien admettre que l'usage en reste encore énigmatique. Ce qu'il semble c'est que les positions dominante avec des points remarquables en visée, pics, vallées sont privilégiés pour les pierres importantes. Toutes sont sur des itinéraires inter vallées ou d'accès aux hauteurs et sur les adrets avec une préférence pour les zones entre 1000 et 18000 m d'altitude et quelques cas proches des cols. Comme beaucoup ont pu disparaitre dans les zones plus peuplées, cette situation, n'est peut-être que le résultat d'une bien meilleur conservation dans ces zones moins peuplées.


    Cette action se passe dans la période de l'équinoxe de printemps fin mars, ou quelques temps avant, et fonctionne aussi à l'équinoxe d'Automne.

    En fonction du point du coucher du soleil, par rapport au repère, si il est à droite, en face, ou à sa gauche de ce repère, ils pouvaient ainsi savoir si l'équinoxe de printemps était là ou approchait ou était passée. Et pour plus de précision le jour venu après ce coucher de soleil par beau temps il pouvait en observant au même endroit juste après le coucher de soleil, voir réapparaître les étoiles du signe du Taureau et les pléiades, pour lui confirmer le jour exacte de l'équinoxe. Ainsi il pouvait annoncer à son clan le début de la bonne saison et le début de l'année pour eux (tous les premiers calendriers par la suite débuteront proche de cette date). C'était le signe qui leur permettait de commencer l'Alpage et les semailles.

    Tout cela bien entendu reste à confirmer par des observations sur place. Tout en sachant que de nos jours des arbres ont pu pousser qui pourraient gêner les observations.
    J'ai remarqué sur quelques sites que la forêt devait être moins dense et plus dégagée à l'époque de leur utilisation.
    La confirmation la plus facile est de vérifier ces points :

    · si la ou les pierres à cupules que vous connaissez sont bien orientées Nord-Sud ou Est-Ouest ?
    · si il y a des repères à proximité, qui indiquent une direction vers l'Ouest ou l'Est ?
    · si il y a des repères remarquables dans le paysage en alignement avec la pierre, qui indiquent une direction ?
    · si exactement dans cette direction Ouest ou à l'Est, il y a des pics des cols ou des vallées qui peuvent servir de repères ?
    · et si c'est le cas ? à l'équinoxe de printemps, le phénomène doit toujours être observable.

    C'est une hypothèse simple, reproductible, réaliste par rapport au contexte de l'époque et qu'il me semble intéressant de vérifier sur d'autres sites.

    Recherches avec des similitudes au Mont Bégo

    L'apparition des Pléiades est souvent précédée d'alignements de planètes et de la lune. Par exemple cette année le 20 mars 2015 le coucher de soleil était suivi de la lune et de quelques planètes et ensuite des pléiades tous cela dans le même axe plein Ouest et en très peu de temps. Un phénomène qui devait marquer les esprits, un signe ou message du ciel et des dieux en quelque sorte.

    


    Création 2016, mis à jour le 01/04/2018